Go to main content
 
 

RÉADAPTATION

readaptation

La réadaptation physique et fonctionnelle est au cœur des actions de Handicap International depuis la création de l’association. Elle a pour but d’aider les personnes ayant un handicap physique  - d’origine congénitale, suite à une maladie ou un accident - à atteindre et maintenir le maximum de leurs capacités. Un défi : dans beaucoup de pays, les soins de santé adaptés pour les personnes handicapées sont souvent insuffisants. Pourtant, la réadaptation fonctionnelle offre aux personnes handicapées la chance de retrouver plus d’autonomie et une place dans la société.

BESOIN DE KINÉSITHÉRAPIE ?

Souvent, tout commence par un traitement de kinésithérapie. Les kinés vont préparer leurs patients à recevoir un appareillage, ou un traitement peut être nécessaire suite à une maladie (la polio par exemple) ou un accident pour prévenir des séquelles qui peuvent être lourdes de conséquences. Les enfants nés avec une infirmité motrice cérébrale (IMC) ont besoin d’une prise en charge spécifique pour leur assurer un maximum d’autonomie. Dans les situations d’urgence aussi, on fait appel à des spécialistes pour les personnes blessées lors d’une catastrophe naturelle ou d’un conflit.

OU D’UN APPAREILLAGE ?

Les besoins sont aussi variés que les causes de handicap : une prothèse va remplacer un membre amputé, tandis qu’une orthèse va soutenir ou redresser un membre affaibli. Un bébé aura besoin d’attelles pour redresser son pied bot. Les techniciens peuvent aussi fabriquer des corsets ou des sièges adaptés pour soutenir une personne qui a une déformation de la colonne vertébrale ou qui ne peut pas se tenir assise seule. C’est notamment le cas pour beaucoup d’enfants avec une IMC.

IMPLIQUER LES PROCHES

Dans tous les cas, il est indispensable d’impliquer les proches de la personne handicapée. Il faut leur montrer des exercices à faire chez soi, comment aider la personne à devenir plus autonome, les bons gestes pour aider la personne à passer de son lit à sa chaise roulante. Il faut aussi parfois adapter l’environnement, prévoir des rampes, aménager l’entrée ou un lieu de travail : c’est notamment le rôle de l’ergothérapeute.

FORMER

On compte peu de kinésithérapeutes ou d’orthoprothésistes dans beaucoup des pays où Handicap International intervient. Or si l’on veut que les centres de réadaptation continuent à fournir des soins de qualité, il est important de s’assurer que du personnel correctement formé prenne le relais. C’est aussi le rôle de nos équipes sur le terrain

Mais la réadaptation physique n’est pas une fin en soi. Donner une prothèse, des soins kiné, c’est permettre à la personne handicapée d’être plus autonome, aller à l’école, exercer un métier, de mener une vie digne.  C’est tout le sens de notre devise : « We repair lives » - réparer des vies !

ENVIE DE SOUTENIR NOS CENTRES DE RÉADAPTATION PHYSIQUE ? CLIQUEZ ICI.

Pour aller plus loin

Ramesh : un courage immense ! Insertion Réadaptation

Ramesh : un courage immense !

25 avril 2015, la terre tremble au Népal. Ramesh, 18 ans, se retrouve prisonnier des décombres. Il perd ses deux jambes. Après avoir suivi des séances de réadaptation et reçu des prothèses avec le soutien de Handicap International (HI), il remarche et s’entraine pour les jeux Paralympiques. Un parcours exemplaire, mais pas sans difficultés.
«C'est le destin...» Réadaptation Urgence

«C'est le destin...»

Kamel est Syrien. En 2016, ce fermier de 25 ans a été blessé dans un bombardement. Après un long séjour à l’hôpital, Kamel vit aujourd’hui dans le camp de Zaatari : « Une année est passée, je ne remarche toujours pas. J’ai compris… » Handicap International lui apprend à s’adapter à sa nouvelle vie, en fauteuil roulant.
20 ans d'intervention au Laos Droits Mines et autres armes Prévention Réadaptation Santé

20 ans d'intervention au Laos

Depuis le déminage - l'équivalent de 700 terrains de football - jusqu'aux soins de personnes handicapées : grâce à des actions diverses, Handicap International a contribué à une amélioration durable des conditions de vie des plus vulnérables au Laos, et cela depuis 20 ans !